Phnom Penh, le peuple du rail

De nombreuses familles Cambodgiennes fuient l’extrême pauvreté des campagnes. Elle rejoignent les villes à la recherche de conditions de vie meilleure. A Phnom Penh, cet exode rural peuple les abords de la voie ferrée qui traverse le quartier moderne et résidentiel de Tuol Kok.

La vie de ces familles s’est étonnamment bien adaptée aux conditions difficiles d’un bidonville. Les petits boulots permettent à certains de vivre correctement.

La pauvreté est très présente, les gens sans emploi sont nombreux. L’accès aux soins et à l’éducation demeurent difficile. L’action des ONG est très précieuse et constitue une voie d’espoir pour les plus défavorisés. 

34

Photographies